Danse

Les danseurs étoiles parasitent ton ciel présenté à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier

Du 14 février au 4 mars 2023, la Salle Fred-Barry accueillera LES DANSEURS ÉTOILES PARASITENT TON CIEL, une adaptation théâtrale du roman de Jolène Ruest (XYZ, 2020) par l’autrice elle-même et son complice Jonathan Caron, qui cosigne également la mise en scène avec Martine Pype-Rondeau.

Au fil de cette pièce produite par un collectif mené par Jolène Ruest et les Créations Ad Vitam, on suit l’attachante Prunelle, brillante diplômée de l’école de ballet, qui se demande pourquoi elle travaille dans un Dairy Queen alors qu’elle devrait danser. Elle abandonnera plutôt une importante audition à New York avant même de monter dans l’autobus qui devait l’y conduire. Le désespoir l’envahit et les doutes s’accumulent alors qu’elle n’arrive pas à passer à l’action, remettant en question sa destinée, immobilisée dans un appartement insalubre d’Hochelaga-Maisonneuve… 

Évoquant les questionnements des jeunes sur l’interprétation de « réussir sa vie » et sur leur place dans la société comme dans leur propre vie, cette création à l’humour sagace rend hommage à la résilience des nouvelles générations et à la solidarité insubmersible des quartiers populaires. Épousant le tempo de la danse et du mouvement humain, à la fois cru et gracieux, LES DANSEURS ÉTOILES PARASITENT TON CIEL se déploie sur deux fronts. D’abord, la chute, la dépression, alors que rien ne va ; puis, l’élan retrouvé et un sens nouveau donné à sa vie. « C’est l’éloge des chemins croches », résumera Jolène Ruest dans une entrevue dans Le Devoir à la parution du roman.

Côté scénographie, par les décors et l’atmosphère, les spectateurs et les spectatrices seront plongés au cœur d’Hochelaga-Maisonneuve, quartier bien connu de l’équipe de création. Aussi, de nombreux personnages donnent vie à ce quartier et, créant du mouvement tout autour des protagonistes, signifient comment les rencontres banales peuvent prendre une signification importante dans une vie. 

Avec les comédiens et comédiennes David Bélizaire (Raton), Jean Belzil-Gascon (Steven), Maude Bouchard (Stacy), Andréanne Daigle (Prunelle), Sarah-Maude Laliberté (danseuse étoile) et Maxime Lepage (Javel). Andréanne Joubert, consultante en mouvement, et Lisa-Marie Villeneuve, professeure aux Studios des Grands Ballets Canadiens ont contribué au respect des codes du ballet, très présent dans le projet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s