Cinéma & TV

Une visite du plateau de District 31 pour clore ces 6 années de télé!

Le vendredi 25 mars, avait lieu la dernière journée de tournage d’une série qui a su rassembler 1,8 million de téléspectateurs chaque soir. Ici, nous parlons évidemment du chef-d’œuvre policier qu’est District 31, une production québécoise adulée par la critique. Pour l’occasion, notre média était invité sur le plateau afin de visiter l’endroit, interviewer les artisans qui ont donné vie à cette série, ainsi que célébrer le travail acharné que chaque membre de l’équipe a fait au cours de ces dernières années.

C’est dans une ambiance fébrile que nous avons été reçus par nul autre que Gildor Roy, interprète du commandant Chiasson, et ce, avec une touche d’humour dérisoire. Après les interviews suivantes, nous avons bénéficié d’un service-traiteur dans la grande salle à manger et avons pu assister à une table ronde donnée par Luc Dionne, Fabienne Larouche, Dany Meloul ainsi que Michel Trudeau. Mention spéciale à l’accessoiriste qui a offert une tasse thématique à chaque journaliste. Voici ce qu’en pensaient quelques acteurs, tous émus de vivre leurs derniers moments de tournage au sein de ce poste de police plus qu’édifiant dans la carrière de chacun. 

Place aux entrevues!

À la suite de ce dernier tournage, que retenez-vous le plus de cette aventure ?

Catherine St-Laurent (alias Noélie St-Hilaire) : « Je repars avec plein de belles amitiés, des relations de travail personnelles et professionnelles super riches ; et aussi une expérience de comédienne que je ne retrouverai jamais ! C’est-à-dire faire autant de jours de tournage à ce rythme-là, avec cette charge de travail là, dans ce contexte-là. Je ne sais pas comment je pourrais refaire 115 jours de tournage sur le même plateau (rires). »

Michel Charette (alias Bruno Gagné) : « La camaraderie, les fous rires, la qualité du personnage ainsi que sa profondeur. Moi, ça m’a amené plus loin comme acteur. Ça m’a permis d’aller dans certaines zones que je n’avais pas beaucoup explorées avant. Ça a donc été bien l’fun, je suis bien heureux de ça. Je ne regrette rien, au contraire, c’est vraiment trippant. C’est vraiment un beau personnage, ça a été une belle run. »

Cynthia Wu-Maheux (alias Da-Xia Bernard) : « Les gens. Vraiment, toute la famille qui s’est bâtie, c’est-à-dire les acteurs, techniciens, réalisateurs et les CCM. Alors les gens avec lesquels j’ai joué, et avec lesquels je me suis développée. En 6 ans, on se voit sous toutes nos coutures : fatigués, malades, tristes, joyeux… Alors oui, c’est un beau cadeau de la vie d’être aussi longtemps avec d’aussi belles personnes. »

Hugo Dubé (alias Carl St-Denis) : « L’amitié et le talent. Mes collègues sont des Ferraris de la télé (rires). Il faut être capable de réagir vite, de récupérer vite, et d’apprendre vite. Par exemple, Vincent-Guillaume Otis fait peut-être soixante scènes par semaine. Pendant le week-end, il apprend une autre soixantaine de scènes. Moi, j’étais plus satellitaire, mais arriver, se présenter, et toujours travailler en fonction que le public aime ce qu’on présente. District est devenu la série numéro 1 au Québec, alors une pression vient avec ça. Quand je recevais un texte, je me demandais toujours comment aider l’auteur à aller plus loin dans le texte. Alors c’était cette camaraderie et cette franchise… Tu ne pouvais pas bullshiter sans te faire taper sur les doigts, et ça m’a plu. Ce n’est pas un plateau où tu pouvais avoir un égo. Il fallait travailler ensemble, il fallait travailler bien. J’ai adoré mon personnage de Carl Saint-Denis, cette bulle-là, et participer à un phénomène. »

Catherine Proulx-Lemay (alias Florence Guindon) : « Ah, mon dieu, c’est la gang ! Ça a été des années intenses de travail, et une chance qu’il y avait la famille de tournage. Les techniciens, et les comédiens. C’est un peu cliché à dire, mais c’est vrai. Je ne crois pas que ce spectacle-là aurait été possible si on n’était pas une gang aussi soudée et que nous ne nous étions pas entendus aussi bien. Il y avait vraiment un esprit de camaraderie, de respect, et ça rigolait beaucoup aussi, malgré le fait qu’on travaillait fort. Alors, je pense que c’est ce que je retiens le plus, et c’est aussi ce qui va me manquer. »

Frédéric Cloutier (alias Jérôme Langevin) : « Un peu comme à l’école de théâtre, je vais parler de mes collègues. Particulièrement, Michel, Gildor et Vincent-Guillaume… j’ai beaucoup appris en les regardant travailler, parce qu’ils sont talentueux, mais pas juste comme acteurs. Ce sont de vraies bonnes personnes. Je pense que ces trois gars-là démontrent qu’au-delà d’être un bon acteur, pour persévérer dans le métier, il faut être une bonne personne. »

Catherine De Léan (alias Véronique Lenoir) : « Le bel esprit d’équipe qui a uni tout le monde. C’était beaucoup de travail, mais quand on entre dans l’esprit d’équipe, on est portés par cette énergie-là. C’est ça que je retiens le plus, je pense. »

Jeff Boudreault (alias Jean Brière) : « Les amitiés qu’on a créées, c’est ce qui va me rester. Ce qui est plus difficile par contre, et le plus triste aussi, c’est que c’est paradoxal. On a créé des liens avec ces gens-là, des liens qui sont forts, mais malheureusement, le métier étant ce qu’il est, on va se perdre de vue. Ce n’est pas demain la veille que nous allons tous retravailler ensemble, alors c’est ça qui est le plus beau et le plus triste en même temps. »

Comme participer à une quotidienne est exigeant, comment envisagez-vous le retour à un rythme de vie « conventionnel » ?

Catherine St-Laurent (alias Noélie St-Hilaire) : « Avec sérénité, au sens où ça fait quand même un certain moment que j’ai appris que c’était la fin de District. Je l’ai su, je pense, à Noël. J’ai donc eu le temps de digérer la nouvelle. Cette semaine, ça a été… Lundi une telle termine, mardi un tel termine, mercredi je défaisais ma loge, alors chaque jour a été rempli de petits aux revoirs. Aujourd’hui, à la fin, ce sera l’ultime au revoir, mais j’ai eu le temps de me faire une tête sur la fin de cet épisode de ma vie. »

Michel Charette (alias Bruno Gagné) : « Je l’envisage très bien. En dehors d’ici, j’avais quand même une vie. L’été, on ne tourne pas, alors il y avait un rythme de vie normal. Dans la vie, je suis un gars travaillant qui aime être impliqué dans mes projets, alors je vais continuer à travailler autant. Ce sera peut-être juste plus aéré comme travail. Je veux dire, oui je vais travailler de chez moi, mais je vais travailler à écrire ! Penser à mes affaires, travailler mon one-man-show, et mes futures pièces de théâtre que je vais écrire avec François Chénier. Je travaille aussi sur un projet télé, en ce moment à Bell, donc je développe ça avec François, ComediHa ! et Frédéric Dion, alors j’ai du pain sur la planche et ce sera super ainsi. »

Cynthia Wu-Maheux (alias Da-Xia Bernard) : « Avec plaisir. Retrouver un peu de temps libre, mais au début, j’avoue qu’il y a eu un vertige. Faire Oh my god, je vais avoir du temps ! Est-ce que je vais retravailler ? Qu’est-ce qui se passe ? Ça crée un réflexe aussi, à force de travailler toujours à la même place. Mais tout ça, c’est terminé. Ce ne sera plus mon lieu de travail. Aussi, taper Da-Xia dans l’ordinateur pour ressortir toutes mes scènes, et les imprimer à la maison. Matériellement, Da-Xia n’existera plus. C’est vertigineux. »

Hugo Dubé (alias Carl St-Denis) : « Je ne sais pas. Je vais avouer, nous sommes formés pour vivre des deuils, quitter des familles et briser des liens. Celle de District est spéciale, parce que c’est un gros succès. Je me demande si le prochain spectacle dans lequel je vais jouer va fonctionner, peut-être pas autant, mais est-ce que les gens vont aimer le personnage que je propose. Donc c’est ça, mais c’est une partie de mon métier. Je verrai au jour le jour. Actuellement, je savoure le moment présent. C’est accepter le moment où je vais sentir un vide. Souvent, je dis aux jeunes acteurs de faire attention à ces moments-là. C’est un vertige de se dire qu’il n’y a plus rien. Moi, je dis : il n’y a rien en ce moment, mais tu n’as pas de textes à apprendre, ne panique pas, les choses vont se remettre à fonctionner si toi et ton agent travaillez bien. »

Catherine Proulx-Lemay (alias Florence Guindon) : « Oh boy, ce sera un méchant vide ! On n’arrête pas de se demander ce qu’on faisait avant, de tout ce temps que nous avions (rires), mais je pars en vacances pour deux semaines, alors c’est une belle transition. Je vais pouvoir me déposer là-bas, mais j’ai l’impression que dans quelques semaines, ça va me rattraper. Là, je vais comme avoir à réorganiser un peu ma vie et réapprendre justement le fait d’avoir plus de temps pour moi, pour mes enfants. Faire autre chose. »

Frédéric Cloutier (alias Jérôme Langevin) : « Premièrement, cet été, je vais me concentrer sur ma vie familiale, mes enfants, mes passe-temps. Je ne suis pas du tout en train de me lancer dans des projets de carrière, mais j’anticipe très bien ce retour. On vient de terminer un beau grand projet, mais je pense que c’est le temps d’ouvrir vers le nouveau. »

Catherine De Léan (alias Véronique Lenoir) : « Dans le cas de mon personnage, je ne suis pas aussi présente que ceux qui sont les leaders, alors pour moi, ce sera moins marqué. Par contre, je pense que ça va quand même faire un trou. Chaque saison qu’on arrêtait et qu’on prenait congé pour l’été, j’avais toujours comme une petite dépression après parce que je m’ennuyais de voir tout le monde, et de jouer avec eux. »

Jeff Boudreault (alias Jean Brière) : « Je vais faire mon petit deuil de District 31, mais après je vais tourner la page et on va passer à autre chose. Quand on est acteur, on sait que ça fonctionne comme ça. On commence un projet, mais il y a toujours une finalité. District, c’était particulier parce qu’on ne savait pas combien d’années ça allait durer, ni combien de personnages allaient durer de temps aussi. Nous sommes tributaires de l’auteur. Moi, j’ai fini le mardi 22 mars. Le lendemain matin, je recevais mes textes pour Hôtel qui est un téléroman à TVA. Je me suis donc plongé là-dedans, et j’ai fait la transition assez rapidement. »

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de vos carrières ?

Catherine St-Laurent (alias Noélie St-Hilaire) : « D’autres projets le fun. En ce moment, je me souhaite de prendre un peu de vacances (rires) et honnêtement après je verrai bien. Dans le sens où depuis les trois dernières années, j’avais un projet qui m’attendait. Là, je retourne à une vie normale de comédien, c’est-à-dire ne pas savoir quand sera mon prochain contrat. C’est une vie de pigiste en fait, et c’est ce que j’ai choisi, alors j’ai quand même hâte de retrouver ce mode de vie là et de ne pas savoir ce qui m’attend. »

Michel Charette (alias Bruno Gagné) : « Que ça continue. Dans ce métier-là, c’est l’fun de commencer, mais c’est surtout l’fun de durer. Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui commencent, mais que ça s’effrite et qu’on perd de vue. Moi, je veux juste que ça continue et que ça dure, c’est tout, that’s it ! »

Cynthia Wu-Maheux (alias Da-Xia Bernard) : « Avoir la chance de pouvoir continuer ma rencontre avec le public jusqu’à tant que mon corps et ma tête ne le puissent plus. »

Hugo Dubé (alias Carl St-Denis) : « La santé.Quand tu es malade, c’est bien difficile de faire ce métier-là. Inspirer les gens. Aussi, des personnages qui font en sorte que j’éprouve ce plaisir entre Action et Coupé. J’aime ce moment-là où, d’un coup, il n’y a plus de politique autour de moi, il n’y a plus rien. Il y a des acteurs, l’équipe technique, un réalisateur et un éclairage, c’est génial. Quelque chose d’intéressant s’en vient à la fin de l’été. Je ne peux pas en dire plus, mais je fais comme wow ! J’étais content de parler avec la personne, et avec ce qu’elle me propose, les genoux m’ont pliés. »

Catherine Proulx-Lemay (alias Florence Guindon) : « Le théâtre me manque beaucoup. J’adorerais remonter sur les planches prochainement. Je lance ça dans l’univers. J’aimerais aussi un autre beau projet télévisé, ou de cinéma. La télévision, c’est mon premier amour. Quand je suis sortie de l’école, il y a plus de vingt ans, c’est de la télé que j’ai toujours fait. Je me souhaite donc un autre beau projet avec une gang aussi trippante que celle de District. »

Frédéric Cloutier (alias Jérôme Langevin) : « Je joue un personnage droit, strict, poli, qui ne compte pas de menteries. Là, j’ai hâte de faire comme je faisais avant district 31 : jouer des méchants, des troublés, des proxénètes, des simples d’esprit. J’aimerais donc qu’on me souhaite un personnage qui ne ressemblera pas à une police, parce que plusieurs me connaissent comme étant Jérôme. Dans la rue, plusieurs m’appellent Jérôme, peu connaissent mon vrai nom. Je crois donc que c’est le temps de surprendre les gens et leur montrer que ma formation d’acteur peut servir sur plein de projets différents. Surprendre le public, il n’y a rien de mieux pour un acteur ! »

Catherine De Léan (alias Véronique Lenoir) : « Jouer un rôle de méchante, j’aimerais vraiment ça ! »

Jeff Boudreault (alias Jean Brière) : « District, c’est un phénomène. Des rôles comme celui-là, ça arrive une fois ou deux dans une carrière. Je m’en souhaite un autre évidemment. De beaux projets et de beaux personnages, c’est tout ce que je demande ! »

Nous avons également eu l’honneur de nous entretenir avec l’auteur Luc Dionne afin de recueillir ses impressions sur la finalité de ce projet qu’il chérit depuis maintenant six ans. Il nous a entre autres confié que le syndrome de la page blanche n’existait pas : « Le syndrome de la page blanche, c’est l’incapacité que quelqu’un a de faire un choix. Si cette personne décide que l’histoire parle d’une femme homosexuelle, tu élimines systématiquement tous les hommes et toutes les femmes hétérosexuelles. Si tu décides que cette femme habite en ville, tu élimines tout de suite l’idée que le décor principal se situe sur une ferme. Quelqu’un qui garde sa page blanche, c’est quelqu’un qui ne sait toujours pas quoi choisir. »

Le commandant Chiasson, que l’on garde pour la fin!

L’interprète du commandant Chiasson (Gildor Roy) a eu la gentillesse de nous recevoir dans son bureau afin de répondre à sa dernière interview de la journée. Voici donc ce qu’il a pensé de son aventure, lui qui tourne avec cette équipe depuis le début de ce phénomène télévisuel. 

Que retiens-tu le plus de ces six dernières années ?

« Que le monde a besoin d’être diverti ! Même sans la pandémie, la vie est tough pour le monde. Et plus ça va, plus elle est tough. On laisse aller les affaires, et ça empire. Alors quand le monde t’arrête à l’épicerie, arrête et parle-leur. C’est la moindre des choses. C’est eux qui permettent aux artistes de gagner leur vie. Moi, quand j’étais jeune, je suis gêné dans la vie, et quand j’étais à l’épicerie et que le monde m’arrêtait, j’osais à peine leur répondre. Ma mère m’a dit, c’est eux qui paient ton salaire, dis-leur bonjour. J’ai commencé à le faire. C’est elle qui m’a dompté comme ça. Et elle a raison. Ce sont mes boss. Oui, Fabienne Larouche, mais c’est aussi la madame dans le rayon des produits congelés. »

Comme le rythme d’une quotidienne est exigeant, comment envisages-tu le retour « conventionnel » ?

« J’ai l’impression que je vais pogner le fixe parfois avec rien à faire, c’est formidable. J’ai assez hâte de voir ça. ❝Qu’est-ce que tu fais ? Rien !❞ Et ça, dans la société actuelle, c’est le plus grand luxe, mais c’est vu presque comme un défaut. ❝Que fais-tu pendant la semaine de relâche ? Rien, c’est une semaine de RELÂCHE. Ouais, mais avec les enfants, tu dois faire des activités !❞ Non, ils en font à longueur d’année des activités. Eux aussi veulent se relâcher. Alors c’est ce que j’ai envie de faire prochainement, me relâcher (rires). »  

Le mot de la fin

En terminant, nous tenons à remercier sincèrement l’équipe qui a rendu possible cette visite du plateau, en particulier Aetios Productions et Radio-Canada. Spécifions que la série prendra fin le 21 avril, mais que sont annoncées trois émissions spéciales afin de conclure en douceur ce projet. Merci à Gildor Roy, Luc Dionne, Jeff Boudreault, Catherine de Léan, Frédéric Cloutier, Catherine Proulx-Lemay, Hugo Dubé, Cynthia Wu-Maheux, Michel Charette ainsi que Catherine Saint-Laurent d’avoir répondu à nos quelques questions. De notre côté, nous leur souhaitons qu’ils puissent continuer leur carrière comme ils l’espèrent. Ce serait amplement mérité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s