Cinéma & TV

Six Degrés en six points avec Noah Parker

La deuxième saison de Six Degrés a débarqué sur l’extra d’ICI TOU.TV au fil des dernières semaines, au plus grand bonheur des fans incontestés de cet univers particulier, signé Simon Boulerice. L’interprète de Léon, et récipiendaire d’un prix Gémeaux pour ce rôle, Noah Parker, a accepté de m’accorder un peu de son temps pour qu’on discute, entre autres, de son implication dans la série.

1 La première saison de Six Degrés a connu un succès phénoménal, et on en entend que du bon; spécialement à propos de l’interprétation de Léon. Rejoint par téléphone, Noah Parker m’explique avoir reçu toute cette admiration et ces bons commentaires comme une véritable surprise. Les messages privés via ses réseaux sociaux ont été nombreux, tous provenant de spectateurs ayant adoré ce qu’ils avaient vu sur la plateforme de visionnement de Radio-Canada. « J’ai senti un grand moment de reconnaissance, comme si tout ce travaille-là était récompensé » m’avoue l’acteur, qu’on peut présentement voir camper le rôle de Justin dans la série Les bracelets rouges à TVA.

2 Retrouver l’équipe pour le tournage de la saison 2 a donné à Parker l’impression de retrouver une famille, en quelque sorte. Le sujet principal de la série et son univers en soi attire une bienveillance ainsi qu’une belle créativité lors des tournages. « J’ai rarement eu d’aussi beaux plateaux. Ça n’enlève rien aux gens qui font ça depuis longtemps, mais c’est quand même un vent de fraîcheur cette équipe-là, car tout le monde est jeune. Ils sont vraiment là pour créer. […] C’est un show où tout le monde a son espace pour créer et tout le monde est vraiment passionné par ce qu’il fait. Ça fait en sorte que l’ambiance sur le plateau est juste vraiment extraordinaire. Moi, j’ai rarement eu des plateaux aussi accueillants, avec une bonne vibe, tsé » me confie-t-il.

3 Tourner deux saisons complètes avec les mêmes personnes, ça tissent des liens. Bien que plusieurs de ces personnes tiennent une place particulière dans le cœur de l’interprète de Léon, depuis le début de l’aventure Six Degrés, deux collègues acteurs se sont davantage démarqués auprès de Noah Parker; un d’entre eux est devenu un bon ami, puis l’autre, un précieux mentor. Son partenaire principal de jeux dans Les bracelets rouges, Anthony Therrien, fait partie de ces gens avec qui on a une chimie difficile à expliquer. « Anthony, ça a été vraiment cool de le connaître sur Six Degrés, même si on avait moins de scènes ensemble à ce moment-là; on avait vraiment cliqué sur le plateau, on prenait souvent nos lunchs ensemble… C’est vraiment devenu un bon ami. » Puis Alexandre Goyette, qui personnifie son père, toujours dans Six Degrés, a laissé une marque importante dans le parcours du jeune acteur : « Il est un peu comme un mentor. Il m’aidait beaucoup dans les scènes plus dramatiques. Des fois, je me posais des questions sur le métier… Et Alex ça lui faisait vraiment plaisir de m’aider. »

4 Cela va de soi que certaines scènes sont plus marquantes que d’autres lorsqu’on est acteur. Bien qu’elles soient tous plaisantes à livrer, celles qui procurent à tout coup un plaisir à jouer, pour Noah, ce sont les scènes familiales où tout le monde est présent… Même s’il s’agit d’un couteau à double tranchant : « Les scènes de famille, ce sont des scènes que je trouvais vraiment très le fun. Il y a beaucoup de dialogue, tout le monde parlait, tout le monde jouait, mais ce sont des scènes qui sont très très longues à tourner, car il faut faire des plans sur chacun des acteurs. À la fin de la journée, t’es épuisé, t’es moins enjoué que quand t’as commencé la scène. […] Au début, on est tous pimpants, mais à la fin, après 4 heures sur une scène, on a pu trop envie de la refaire. (rires) »

5 À l’inverse des scènes stimulantes, il arrive que certains textes représentent un certain défi à jouer. La majorité de ceux-ci figuraient parmi les tournages de la première saison, vu la nouveauté et la complexité du personnage de Léon. « Je me rappelle que j’ai eu beaucoup de stress pour la scène de la saison 1, où Léon devient aveugle. En fait, j’ai eu un peu plus de misère surtout dans la saison 1… Il y a aussi de gros trucs à jouer dans la saison 2, mais le personnage était un peu plus ancré, donc j’avais mes béquilles, mes repères. Dans la saison 1, la scène de la mort de la mère de Léon, c’était quand même intense! »

6 On le sait, le travail d’acteur est complexe et demande beaucoup de préparation. Qu’en est-il lorsqu’il est question d’interpréter un adolescent malvoyant? Noah Parker s’explique sur sa préparation pour incarner un rôle aussi différent et important : « Au niveau psychologique, tous les rôles demandent une certaine préparation, mais c’est quelque chose que tu peux préparer seul, assis en faisant du travail de table, en lisant plusieurs fois le scénario, et en donnant une histoire à ton personnage, et en essayant de le comprendre. Mais là avec Léon, c’était ça, mais aussi un travail plus physique que psychologique. Comprendre comment quelqu’un qui est malvoyant se déplace, comment il manie la canne, quel genre de positions corporels il a tout le temps pour toujours être prêt à absorber les coups, car il ne voit pas les obstacles devant lui… Ça, j’ai dû prendre beaucoup de temps avec des gens qui sont vraiment malvoyant. Une personne qui m’a vraiment aidé, c’est Mederick Forest, qui a été un peu une source d’inspiration pour Simon, pour le personnage de Léon. Pas au niveau psychologique, mais plus au niveau de l’handicap. J’ai pu le rencontrer et il m’a laissé lui parler, on a soupé ensemble pré-covid. Il m’a laissé l’interviewer et le filmer aussi, enregistrer et regarder les vidéos par après et voir comment il marchait, comment il se déplaçait… Il m’a tout expliqué ses trucs de d’écholocalisation, comme claquer des doigts pour entendre s’il y a un mur devant lui ou s’il y avait quelque chose devant lui. Donc ça, c’était beaucoup de travail. J’ai aussi regardé quelques petits films, dont Parfum de femme. […] J’avais peur de tomber dans un stéréotype. Je voulais vraiment pas jouer quelqu’un de malvoyant super stéréotypé. Ils ne sont pas souvent représentés, les gens malvoyants, à la télé, donc je pense que c’est important de prendre le temps, et de vraiment faire le travail qu’il fallait pour qu’ils puissent se reconnaitre à travers Léon et que ce ne soit pas juste une autre interprétation clichée. »


À vos écrans!

Les deux saisons de Six Degrés, réalisées par Hervé Baillargeon, sont disponibles sur ICI TOU.TV. On ignore pour l’instant à quel moment la seconde saison sera diffusée sur ICI Télé. Pour du contenu exclusif, rendez-vous ici.

Vous pouvez également voir Noah Parker dans la superbe série réalisée par Yan England, Les bracelets rouges, tous les mardis 20h00 ou en rattrapage sur TVA+.

Un grand merci à Noah Parker et Katherine Olivier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s