Non classé

[Entrevue] Alex Boudreau : « J’étais violoniste et c’est là que je suis vraiment tombé en amour avec la scène »

Alex Boudreau est un artiste tatoueur et un artiste musical. Enfant, il apprend le chant, la guitare ainsi que le violon. À l’âge de 20 ans, il décide de se lancer plus sérieusement dans sa carrière musicale et découvre son univers musical. C’est finalement à l’âge de 22 ans qu’Alex passe à la prochaine étape : « J’ai écrit le EP durant la première vague de la pandémie. J’étais à mon chalet, la vie sur pause, entouré de nature. J’avais besoin d’écrire, j’avais besoin de vider mon sac. Ça s’est fait naturellement, je ne cherchais pas nécessairement à faire un gros projet avec ça au début, je voulais juste faire quelque chose de rassembleur, d’unique et de vrai pour les gens de ma région. Mais plus que le projet avançait, plus j’essayais de saisir chaque petite opportunité pour faire connaître mon univers à tous ceux qui sont curieux de m’écouter. » Alex Boudreau

Nous avons obtenu une entrevue avec lui, vous pourrez la lire dans les prochaines lignes !

La musique fait partie de ta vie depuis ton plus jeune âge. Quand as-tu eu la réalisation que tu voulais en faire de manière professionnelle ?

« C’est au début de la pandémie quand j’ai commencé à apprendre de plus en plus à connaître ma voix et mon écriture. À 18 ans, j’ai commencé à jouer un peu plus sérieusement avec mon premier groupe nommé Bâbord avec Raphaël Jomphe et Steven Barriault. J’étais violoniste et c’est là que je suis vraiment tombé en amour avec la scène. Par la suite avec la pandémie, quand j’ai commencé à écrire pour moi et que j’ai vu que les gens appréciaient mon univers musical, c’est là que le déclic s’est fait. »

Originaire d’Havre-St-Pierre, tu es maintenant à Québec. Est-ce difficile de faire de la musique loin des grandes villes ? 

« Professionnellement oui c’est sûr, car en ville on est près de tout et l’audience est beaucoup plus grande, mais si on parle de jouer pour le plaisir, c’est dans les régions que ça se passe. Par chez nous, dans tous les partys, il y a du monde qui joue de la musique, on ne voit pratiquement pas ça en ville. C’est une des choses qui me manque de mon coin. »

Comment as-tu fait la rencontre de David Jalbert et comment votre collaboration est-elle née ?

« Avec l’aide d’un ami commun, Simon Morin. Je lui ai demandé conseil pour savoir ce qu’il pensait de mes compositions et comment ça fonctionnait dans l’industrie de la musique, c’est là qu’il m’a présenté à David et que tout à commencé. »

Comment décrirais-tu ton style musical et qu’aimerais-tu que les gens qui ne te connaissent pas découvrent à ton sujet ?

« Un mélange entre l’Acadie, Nashville et Québec. »

Tu vis également d’une autre de tes passions, le tatouage. Qu’est-ce que ça représente pour toi ?

« Je n’ai jamais voulu avoir de boss, depuis que je suis jeune que je me répète ça sans cesse. D’avoir réalisé ça à 18 ans, c’est une fierté et en même temps ça m’a permis aussi de pouvoir me lancer dans d’autres projets dont j’ai toujours rêvé, comme la musique.»  

Quelles sont tes inspirations du moment et tes artistes coup de cœur présentement ?

« En ce moment, je dirais Cody Johnson, Luke Combs et Riley Green.» 

Ces moments-là, réalisé par Jeff Grenier au Studio Monocube, est un rêve qui se réalise pour Alex Boudreau. Vous pouvez retrouver son nouvel EP sur toutes les plateformes numériques. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s