Les sessions jardin

[Les Sessions Jardin] Portrait de Dany Alexandre

Dany Alexandre est le cinquième artiste mis de l’avant dans la seconde saison des Sessions Jardin. Sa capsule, avec les choristes Nadia Hawa Baldé et Judith Little D, sera en ligne jeudi le 26 août, soit près de deux semaines après la sortie de son tout dernier single Réveillez-moi.

Fans de douce pop expérimentale, vous serez heureux d’apprendre qu’un troisième opus est à paraître dans les prochains mois pour l’auteur-compositeur-interprète! Restez à l’affût, notamment en suivant Dany Alexandre sur ses réseaux sociaux.

Présentation

Nom : Dany Alexandre

Ville d’origine : Granby

Style musical : « Dur à dire, ça évolue constamment! Mon album à venir je dirais que je touche à beaucoup de style mais ce, dans un format qui se veut “pop”. »

Inspirations musicales : « Dur à dire, ça évolue constamment haha. En ce moment, beaucoup de jazz et beaucoup de chanteurs/chanteuses qui font du chant guttural. »

Accomplissements et réalisations : « Un voyage de formation de guitare Flamenco en Espagne il y a quelques années a été déterminant dans mon chemin vers “devenir un artiste”. En fait, j’y ai rencontré là-bas des musiciens et des artistes tellement ancrés dans leur culture et que je me suis dit qu’à mon retour je devais faire la même chose, à ma façon. Je ne savais pas encore comment ça allait se manifester mais quelques mois plus tard je commençais à écrire des chansons. Depuis, j’ai 2 EP à mon actif, un premier en chanson et un second instrumental. Ce qui s’en vient est un premier album complet, j’ai très hâte de l’offrir dans sa totalité! »

Chansons qui figurent dans ma liste de lecture en ce moment : « Je n’ai pas vraiment de “playlist”, je vais plus par album ou artiste. Ces jours-ci, des artistes comme Kurt Elling, Camille Bertault ou Mel Tormé. Sinon, dans l’autre extrême du spectre, des artistes plus progressif/métal comme Devin Townsend

Rêves et objectifs à atteindre professionnellement : « Je dirais qu’à court et moyen terme, je veux agrandir mon entourage de collaborateurs (autant de la sphère de production d’album que dans la promotion). À court, moyen et long terme, m’approcher de plus en plus de qui je suis et de rester en mouvement dans cette découverte. Et ultimement, continuer d’être curieux et d’aspirer à plus de liberté. »

Artiste avec qui je rêve de faire une collaboration : « Daniel Lanois. »

Un peu plus sur Dany Alexandre…

Tu as toi-même mentionné que ton single En attendant rappelle « l’importance d’entretenir l’innocence, celle généralement associée à l’enfance. Que cet entretien demande beaucoup de sérieux si l’on veut bénéficier d’être soi-même le plus souvent possible ». Est-ce qu’un élément déclencheur dans ta vie est à l’origine de cette réflexion, et par le fait-même, à l’origine de l’inspiration qui a mené à cette chanson? « Je dirais le constat que lorsque j’étais jeune, tout semblait être plus fluide (c’est peut-être aussi une impression), sans même qu’il y ait d’angoisse face au futur ou avoir l’impression de toujours devoir faire des choix. Quand un de mes amis d’enfance m’a présenté sa première guitare, j’ai su instantanément que j’allais faire de la musique de ma vie. Je ne me suis pas projeté, ni questionné, c’était ça et je le savais. Je trouve qu’avec les années, cette affirmation sans justification est plus difficile à conserver ou à assumer. On peut venir à prendre plus au sérieux la vie (et j’en comprend la provenance), mais je crois, du moins pour moi, que cette prise de conscience m’a fait faire une mise à jour sur moi et m’a redonné le plaisir (et plus) de jouer de la guitare, de chanter, de créer. Des fois, le moins de pression, le mieux. »

Récemment, la production de ton prochain album s’est terminée, au Studio Madame Wood. Un processus qui, apparemment, t’a permis d’apprendre à te connaître davantage. De quelle façon ce projet t’a-t-il fait grandir? « En humilité et en lâcher prise. Je me considère tout jeune au yeux de ce qu’on peut appeler “la création” et j’ai senti avec cette production que je suis allé, de sessions en sessions, toujours un peu plus loin. Je me suis permis de constamment revenir à ce que je ressentais. Moins dans l’analyse, moins dans “ce qui doit être fait de telle ou telle manière” plus dans les couleurs et le désir d’aller à la rencontre de mes propres chansons, guidé par ce que les chansons me disaient de faire. »

danyalexandre.com

En collaboration avec l’équipe de Les Sessions Jardin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s