Style de vie

Il n’est pas trop tard pour profiter des activités dans le cadre du mois de l’archéologie au Musée Pointe-à-Callière!

Avec l’été qui achève et la rentrée qui s’annonce, l’empressement de s’adonner à le plus de loisirs possibles avant le retour à la vie plate se fait de plus en plus grand. Bien, parce que je suis fin, et parce que c’est le Mois de l’archéologie, je t’ai trouvé l’activité parfaite pour profiter de la fin de tes vacances et de l’air climatisé.

Pointe-à-Callière, cité d’archéologie et d’histoire de Montréal propose une programmation toute spéciale pour le restant du mois d’août, dans le cadre du Mois de l’archéologie d’Archéo-Québec. Dès maintenant profitez des nombreuses expositions et activités proposées par le Musée situé au 350 Place Royale, dans le Vieux-Port de Montréal.

Aujourd’hui seulement, l’activité Mission archéo est disponible gratuitement avec une entrée au musée à 13h et 15h en français et 14h en anglais. Un atelier familial conçu pour les 9 à 12 ans qui pourront jouer aux archéologues avec leurs parents.

Crédit photo : Sébastien Roy / Musée Pointe-à-Callière

L’exposition extérieure gratuite Un parlement sous vos pieds se tiendra jusqu’au 31 août à la Place D’Youville au Vieux-Montréal. Un guide sera présent sur place pour des visites d’une vingtaine de minutes du mardi au vendredi de 10h30 à 16h30 et les samedis et dimanches de 11h30 à 16h30. Bonne nouvelle pour les personnes comme moi qui ne sont pas organisées : même pas besoin de réservation! À cet endroit se trouvait autrefois le marché Sainte-Anne qui deviendra plus tard le parlement de la province du Canada.

Jusqu’au 6 septembre, l’expo Train, transporteur de rêves te fera découvrir l’histoire à travers des centaines de trains miniatures, de maquettes de trains marquants, d’objets appartenant au monde ferroviaire et de photos et vidéos d’archives.

Aussi, un concours se tient sur la page Facebook de Pointe-à-Callière les lundis, jeudis et samedis en matinée. En participant au quiz du Musée, tu cours la chance de gagner une visite privée des sites archéologiques de l’endroit.

Ma visite

Les expositions Montréal au cœur des échanges et Ici a été fondée Montréal, faisant partie des activités permanentes du site, te fera découvrir les vestiges des premiers lieux de la fondation de Montréal. Je suis allé faire un tour pour savoir un peu plus de quoi je parle.

Crédit photo : Patrick Desrochers / Musée Pointe-à-Callière

Le musée propose son exposition renouvelée au printemps dernier, Montréal au cœur des échanges, avec une muséographie repensée. Tiens un mot que je ne connaissais pas : « muséographie ». Le nouveau design de l’exposition vaut le détour : les maquettes et les artéfacts sont accompagnés de jeux interactifs ; vidéos, images et lumières sont projetées sur les murs jusqu’à en devenir des expériences audiovisuelles immersives, comme c’est le cas pour la visite du premier égout collecteur d’Amérique du Nord construit entre 1832 et 1838.

À travers les dernières traces des fondations de l’édifice Royal Insurance (1861-1951), un parcours chronologique te fait découvrir l’évolution de Montréal : des chasseurs-cueilleurs il y a 4 500 ans à aujourd’hui.

Ce qui est malade avec Pointe-à-Callière, c’est que le musée est placé directement sur des vestiges archéologiques. Par exemple, dans l’exposition Montréal au cœur des échanges, on te montre une partie du premier cimetière catholique de Montréal qui se trouve au sous-sol de l’endroit.

Ne me demande pas comment ils ont fait, mais les chercheurs ont réussi à identifier plusieurs corps. Au-dessus du cimetière, une projection reproduit les ombres vivantes de ces personnes et, pendant ce temps, une voix grave et funeste lancée par les haut-parleurs répète les noms des défunts. Il ne faisait pas froid mais je commençais à avoir des frissons.

Tu as aussi des guides prêts à répondre à tes questions. Et ils savent de quoi ils parlent ces gens-là! Bon, c’est vrai que je suis facilement impressionnable du haut de mes 5’ 9’’. Tout de même, à l’exposition Ici a été fondée Montréal, j’étais fasciné quand on m’expliquait que le plancher du sous-sol sur lequel on marchait correspondait au niveau du sol des autochtones avant l’arrivée des colons et qu’on me nommait à quelle époque correspondaient chaque niveau de la stratigraphie affichée sur un des murs.

pacmusee.qc.ca/fr

Merci à Nora Charifi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s