Style de vie

[Style de vie] La garde-robe minimaliste

Ce n’est pas pour être narcissique, mais je vais parler un peu de moi. Je vais parler d’habillement, pour être plus précis. Quelle belle forme d’expression de l’identité, d’ailleurs, l’habillement. Le philosophe en moi aimerait élaborer là-dessus dans un ordre d’idées plus vagabondes, mais le paresseux en moi a pas envie de se casser la tête. Le rédacteur en moi, lui, dit que je m’éloigne de ma ligne directrice et le lecteur en moi commence à trouver mon texte lourd.

Ouin, ça commence à faire beaucoup d’identités à couvrir, ça. Mais, comme je me considère comme un gars simple (tout de même), qu’est-ce que je vais porter aujourd’hui pour envoyer ce message par le langage vestimentaire? Bin, je vais porter un chandail noir. Pis des jeans. Il n’y a pas plus simple que ça, non?

Et demain, qu’est-ce que je vais porter? Au lever du prochain soleil, je n’aurai pas changé d’idée sur qui je suis. C’est décidé, je vais porter la même chose… tous les jours de la semaine. Dans ma garde-robe : 7 chandails à manches courtes noirs, 3 paires de jeans. Ah, et pour quand il fait chaud, j’ai 3 paires de shorts noirs.

Les gens ne le voient pas pour la simple et bonne raison que les gens se préoccupent plus de leur propre allure que celle des autres.

Ça doit faire 3 ans maintenant que je m’accoutre quotidiennement de la sorte. Est-ce que les gens remarquent? Pas vraiment. En tous cas, je ne pense pas. Est-ce que ça dérange quelqu’un? Bon, mes parents trouvent ça bizarre, mais à part de ça je ne me suis pas encore fait donner de coups de règle sur les doigts. Les gens ne le voient pas pour la simple et bonne raison que les gens se préoccupent plus de leur propre allure que celle des autres.

Ce n’est pas que je n’aime pas m’habiller. Fut un temps où je faisais le tour des friperies pour m’accaparer des apparats aux apparences extraverties. Friperies, parce que, depuis toujours, je suis étudiant, ainsi dire pauvre ; aussi, j’ai cette tendance à la provocation (c’était avant que le recyclage vestimentaire soit à la mode). Un matin, j’ai réalisé que mon kit préféré, c’était mon kit le plus modeste. Et je me rappelle m’être dit : « Ça serait tellement cool pouvoir le porter tous les jours. »

Je l’ai dit plus haut, je suis paresseux. « Est-ce que ce haut s’agence bien avec ces pantalons-là? Est-ce que je vais avoir chaud/froid? Est-ce que c’est le bon type d’habit pour l’événement? » C’est le genre de questions qu’on se pose tous. La quantité d’énergie mentale disponible dans une journée est limitée. Le potentiel de productivité se voit diminuer lorsqu’on gaspille nos émotions et nos décisions sur le tissu qu’on va enfiler pour les prochaines heures. Je suis un gars simple, je ne prends pas de décision le matin : je saute dans mon t-shirt noir et je laisse tomber sur moi mes jeans bleus.

Je l’ai dit plus haut, je suis philosophe. Ma penderie minimaliste, c’est un rappel quotidien que ce n’est pas dans la consommation que je vais trouver le bonheur. Ce n’est pas avec la voiture de l’année, un chalet dans le sud et un voilier qui m’attend à la marina à Magog que je vais être plus heureux. Ce n’est pas non plus avec les défroques les plus tendances que je vais l’être. Ma penderie minimaliste, elle me rappelle de consommer de manière consciencieuse le matériel qui apporte une valeur réelle dans ma vie. Cela dit, il est évidemment important d’être bien dans sa peau et dans son coton. Je suis un gars simple, je me sens bien et beau dans mon top noir et mes pants bleus, alors je les porte tous les jours.

Je suis minimaliste parce que je veux envoyer l’image d’un gars simple et modeste. Je le suis pour sauver du temps et de l’énergie. C’est une tentative silencieuse de combattre la société de surconsommation.

Je ne vous demande pas de faire la même chose que moi ; je suis un peu extrême. Cependant, si vous voulez explorer un minimalisme plus modéré, je vous invite à réviser votre consommation (et pas juste vestimentaire) et vous poser la question : « qu’est-ce qui apporte réellement de la valeur dans ma vie? ».

Vous pensez peut-être que Pierre-Yves McSween est mon maître spirituel. Ce n’est pas le cas (probablement parce que je n’ai pas terminé ses livres). Cependant, je suis fréquemment Matt D’Avella sur YouTube. Lui aussi est minimaliste. Ce cybercinéaste États-Unien est d’ailleurs le réalisateur des documentaires sur Netflix Minimalism : A Documentary About The Important Things (2015) et The Minimalists : Less Is Now (2021). Aller voir ça!

Qu’est-ce qui apporte réellement de la valeur dans ma vie?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s