Tête d'affiche

Tête d’affiche de décembre : KOMO !

Ce mois-ci, on a voulu entendre parler de souvenirs, de nostalgie, de festivités… On a voulu s’inviter dans le Noël très personnel de notre tête d’affiche de décembre. On était loin de se douter que Maxime Comeau, connu sous le nom de Komo dans le milieu, a longtemps eu un temps des fêtes différent et qui porte à réflexion.

Celui qui flanche présentement pour la chanson Joyeux Noël de Sans Pression, avec Cobna et Radical, nous a confié comprendre plusieurs choses avec du recul, face à ses Noëls d’antan. On vous invite à plonger dans les souvenirs et la réalité de ce chanteur, et producteur, au grand coeur !

Bonne lecture.

| À LIRE ÉGALEMENT : [ENTREVUE] UN NOUVEAU SINGLE POUR KOMO !

#1 As-tu une tradition pendant la période des fêtes, qui perdure d’année en année ? « J’ai une très grande famille. Pendant plusieurs années, on fêtait très fort, et on avait l’habitude de tous se rassembler chez ma grand-mère ou chez ma mère. Toute la famille venait, et ça durait plusieurs jours ! C’était définitivement une tradition familiale chez moi. »

#2 Ton pire cadeau que tu as reçu à Noël, c’était quoi et quand ? (Et si t’es game, DE QUI?) « Bien sûr, que je suis game ! J’ai toujours été quelqu’un de très proche de mes émotions, même trop à une certaine époque. Le matériel, pour moi, n’a jamais été important : j’ai toujours prôné l’amour avant le matériel… Vous allez comprendre où je vais avec ça, haha. Ma famille étant très à l’aise financièrement, les cadeaux achetés (matériel) étaient souvent gros. Je demandais des instruments de musique, des vélos… On nous donnait souvent des voyages, etc. Évidemment, c’est sans vouloir dire de mal de ma famille, parce que je comprends avec le recul et la maturité qu’ils/elles ont fait du mieux qu’ils pouvaient, avec leur compréhension de la vie. Cependant, il y a une chose qu’ils oubliaient : l’argent et le matériel ne rendent pas heureux, mais rendent le malheur confortable. Tous les cadeaux étaient les pires cadeaux. Je demandais simplement de voir ma mère heureuse, de voir ma famille courir pour autre chose que des dollars et le succès en affaires. Ça me faisait vraiment mal de les voir s’aimer seulement pendant quelques jours dans l’année. Rendu là, tous les cadeaux étaient les pires pour moi, parce qu’il manquait définitivement quelque chose tout au long de l’année. »

#3 Ton plus beau souvenir de réveillon, peux-tu nous le partager ? « Mon plus beau réveillon de Noël est définitivement le Noël que j’ai passé à Varadero avec des copains et copines, à boire des pina coladas, manger des langoustes et danser sur la plage ! »

#4 Mettons qu’on s’incruste un 24 décembre au soir chez les Comeau… Faut s’attendre à quoi ? « Maintenant, j’ai la chance d’avoir un fils plutôt formidable et des amis en or ! Depuis quelques années, je passe Noël avec mon fils et mes amis, à partager de bon moment en famille, à boire, manger, rire… À jouer de la musique, chanter et s’aimer comme on le fait à chaque jour de nos vies ! »

#5 Qu’est-ce qui, selon toi, est vraiment poche à recevoir lors d’un échange de cadeaux ? « Haha ! … Un truc impersonnel. Genre, une carte-cadeau ! »

#6 Ça représente quoi pour toi, le temps des fêtes ? « Ça n’a pas toujours été comme ça, mais aujourd’hui, je le vois comme un moment pour fêter, simplement, avec les gens qu’on aime. »

#7 Lorsque tu étais petit, comment vivais-tu Noël, qu’appréhendais-tu ? Croyais-tu au Père Noël ? « Sans vouloir briser la magie de Noël pour les gens qui vivent bien le temps des fêtes, Noël, pour moi étant jeune, n’avait rien de magique. Mes parents étaient séparés. J’appréhendais souvent plusieurs choses, comme : où je vais aller pour Noël, dans la famille à ma mère ou mon père ? … Est-ce qu’il y aura de la chicane, cette année ?… J’vais pouvoir être moi-même ? C’était le genre de questions que je me posais, et que malheureusement, était interdit de parler chez moi. J’ai arrêté de croire au Père Noël très jeune. »

#8 La pandémie change définitivement nos plans depuis quelques mois… Ton Noël cette année, ça risque de ressembler à quoi ? « Cette année, je passe Noël avec mon fils, mes colocs, les gens que j’aime ! La liberté, c’est dans l’esprit, et je ne laisserai pas la pandémie jouer avec ma liberté, que ce soit Noël ou n’importe quel autre jour de l’année. »

#9 2020 nous a énormément challengé. Malgré tout, y a-t-il eu des moments de ton année qui se sont démarqués et qui t’ont fait du bien ? « Bien sûr ! J’ai eu la chance, cette année, de faire de gros spectacles (avant la pandémie) avec K.Maro et Sans Pression à l’Olympia, avec Koriass à St-Isidore, avec Taktika à la Place des Arts… Faire du théâtre à la cinquième salle de la Place des Arts, et j’en passe. Chaque moment sur scène me fait du bien, du gros gros bien, haha ! Donc, tous ces moments ! »

#10 Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la nouvelle année ? « Que les trucs se replacent un peu, que nous puissions recommencer à vivre un peu plus. »

Et bien en attendant que les choses se replacent et qu’on retrouve un semblant de vie normal, on t’invite à suivre Komo sur YouTube, Facebook et Instagram pour rester à l’affût de ses projets. On lui souhaite un bon succès avec sa musique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s