Musique

[ENTREVUE] Un spectacle full band très attendu pour Izabelle !

Il y a à peine plus d’un an, Izabelle sortait son premier EP, Version 2.0, de six chansons anglophones. Tout récemment, elle nous présentait son album Version 2.0 Deluxe comprenant les six chansons anglophones ainsi que quatre adaptations francophones de ses chansons. Lors d’une entrevue avec l’artiste, nous en avons appris davantage sur l’importance de chanter en français pour Izabelle, son processus d’adaptation pour les chansons francophones, ses projets à venir et bien plus encore.

1- Tu viens tout juste de lancer ton EP Version 2.0 Deluxe qui comprend des adaptations de tes chansons en anglais de ton EP Self-Talk Session. Pourquoi c’était important pour toi de proposer quelque chose en français? « Il y a 4 ans, j’ai décidé de revenir au Québec pour débuter de mon projet d’album solo. J’avais besoin de me reconnecter avec celle que je suis, mes valeurs, les choses qui sont importantes pour moi et me retrouver. Me retrouver chez-moi, entourée des gens que j’aime, pour écrire mon album et me retrouver m’a fait le plus grand bien. J’ai également pris ce temps-là pour redécouvrir la culture musicale du Québec. Après avoir passé tant de temps à l’étranger, j’étais complètement déconnectée de ce qui se passe ici. J’ai découvert des artistes formidables et ça m’a donné envie de participer moi aussi à la culture de chez-nous, de chanter pour les gens de chez-nous. Pendant l’écriture de mon album, j’ai développé un style d’écriture très engagé et axés sur mes valeurs profondes. J’ai dû reconnecter avec ma vulnérabilité, ma sensibilité et en allant creuser là j’ai découvert bien des blessures avec faire lesquelles j’ai dû faire la paix. Écrire ces chansons m’a aidé énormément à me retrouver et rebâtir sur des bases solides. Environ 1 an avant la sortie de l’album, j’ai commencé à chanter mes chansons dans mes spectacles à travers le Québec, à travers celle-ci, je raconte mon histoire, j’y partage une partie de moi très personnelle et engagée. Moi qui chantais les chansons des autres depuis des années, j’ai rapidement réalisé le bien que ça me faisait de pouvoir enfin me raconter à travers mes chansons. À travers celles-ci, je me fais du bien, je m’inspire à me dépasser, à devenir une meilleure version de moi-même et j’espère faire du bien à d’autres autant que celles-ci m’ont été bénéfiques. Petit bémol, j’ai vite réalisé qu’à bien des endroits au Québec, à commencer par mon coin d’origine en Estrie, la barrière de langue rendait ma mission difficile à accomplir et mes messages difficiles à saisir pleinement. C’est là que je me suis dit : si je veux chanter pour le monde de chez-nous, il faut que je le fasse dans la langue de chez-nous. J’ai longtemps trouvé le pop en français quétaine, mais le fait d’avoir découvert une foule d’artistes francophones que j’adore dans les dernières années m’a donné envie de relever le défi. J’ai douté souvent de mes capacités à écrire en français, même chanter en français était un challenge pour moi, j’ai dû recommencer PLUSIEURS fois mais j’ai fini par réussir et j’en suis tellement fière. Oui, mes chansons en français sont sorties près d’un an plus tard, mais à chaque fois que je les chante au Québec, je vois l’immense différence sur l’impact de celles-ci sur les gens et ça me prouve à quel point j’ai bien fait de ne pas abandonner. Ça m’a donné envie d’en composer d’autres et pas juste des adaptations francophones…j’en ai déjà quelques-unes qui sont prêtes (la pandémie a eu au moins ça de bon) et qui sortiront en 2021. »

2- Est-ce plus facile pour toi d’écrire en anglais ? Comment était le processus de traduire tes chansons ? « Totalement plus facile pour moi d’écrire en anglais ! J’ai passé la majorité de ma carrière musicale à chanter dans des productions de spectacles qui à l’étranger. Donc 17 ans à chanter, et même composer exclusivement en anglais. C’était devenu une seconde nature : mon langage et mon expression musicale, mes inspirations tout tournait autour de cette deuxième langue qui était devenu ma langue musicale. Traduire mes chansons a été beaucoup plus difficile que je ne l’aurais imaginé haha… Juste pour vous donner une idée : à la base, les 6 chansons du EP devaient avoir leur version francophone et celles-ci devaient sortir sur l’album en novembre 2019, en même temps que les chansons anglos. C’était sensé être un album bilingue dès le départ : les 6 chansons anglo et leurs 6 adaptations francophones. Mais ce qui est arrivé finalement, ce sont 4 chansons sur 6 ont eu leur adaptation franco et celles-ci sont finalement sorties en septembre 2020. (Ok la pandémie a contribué à ce délai aussi mais quand même… Ça ne s’est pas vraiment passé comme prévu comme vous pouvez constater). Lors de l’enregistrement de l’album en 2019, nous avions enregistré les chansons en anglais et ensuite les adaptations francophones. On a ensuite écouté tout ça avec mon équipe et le verdict était unanime : les textes en français avaient encore besoin de peaufinage afin d’être au même niveau que les chansons originales. Nous avons donc décidé de sortir l’album en anglais seulement et sortir les chansons francos plus tard en 2020 quand elles seraient prêtes. Ça été difficile à prendre comme décision, car j’avais vraiment hâte de chanter en français au public québécois, mais je savais que c’était la bonne décision. Tant qu’à sortir quelque chose, je voulais que ça soit à mon goût à 100% et je ne sentais pas que mes chansons francophones étaient rendues tout à fait à ce niveau-là. J’ai vite réalisé que pour mon baptême de musique francophone, je m’étais lancé un méchant défi… Car composer une adaptation francophone à partir d’une chanson en anglais qui existe déjà c’est beaucoup plus difficile que d’écrire une chanson en français dès le départ : tu dois respecter le débit chanté, la longueur des phrases. l’air, le thème… Bref un tas de contrainte qui rendent la tâche pas mal plus difficile que je le pensais. De plus, les phrases et les mots sont beaucoup longs en français, ça prend plus de mots pour dire la même chose. Bref, ce fût beaucoup beaucoup de travail, mais comme je disais plus tôt, je ne regrette pas une seconde de l’avoir fait et d’avoir pris le temps qu’il fallait. »

3- Tu prépares ton lancement officiel le 7 novembre prochain sur la plateforme Whitebox Play. À quoi peut-on s’attendre comme spectacle et est-ce plus difficile pour toi de donner un concert sans public ?« Premièrement, la plateforme du WhiteBox Play est tout simplement à couper le souffle ! La scène, la qualité de l’image, l’équipe de tournage, TOUTES les meilleures composantes sont mises en place pour offrir des spectacles d’une qualité qu’on a rarement eue la chance de voir au Québec ! Bien sûr, je suis déçue que les mesures du gouvernement soient prolongées en novembre, ce qui fait en sorte que nous ne pourrons pas avoir de public en salle finalement, mais je vais vous avouer qu’en ce moment juste le fait de savoir que je vais pouvoir remonter sur scène avec mes musiciens, chanter mes chansons, partager ma passion avec le public et faire un show avec l’équipe de feu du WhiteBox Play me comble de bonheur! En plus de l’immense fierté que j’éprouve à faire partie de leur programmation automne-hiver 2020, au milieu d’une foule d’artistes que j’admire, c’est un vraiment beau feeling ! Donc le 7 novembre, pour moi, c’est comme une méga célébration où je vais pouvoir retrouver l’endroit où je me sens le plus heureuse au monde: la scène. J’y lance officiellement mes nouvelles chansons francophones, je célèbre les 1 an de mon album anglophone et je vous fais en PRIMEUR 6 nouvelles chansons inédites qui seront sur mon prochain album qui sortira au printemps 2021 !Pour couronner le tout, je vais me venger, me venger pour tous les shows qui ont été annulés en 2020 : parti comme c’est là, il y a des bonnes chances que ce soit notre dernier en formule band avant la fin de l’année, alors vous pouvez être certain que je vais tout donner et en profiter à fond ! Bien sûr, c’est plus difficile sans public, mais juste de savoir que vous allez être à l’écoute et le fait de pouvoir faire mon métier me comblent de bonheur en ce moment. »

4- Tu sembles faire de la scène depuis toujours, qu’est ce qui te manque le plus de faire des spectacles ? « TOUT!!! Absolument tout ! Rendu au point où on en est, même les aspects moins le fun de faire de la tournée m’enchanteraient au plus haut point en ce moment.Mais ce qui me manque par-dessus tout, c’est de faire de la musique avec mes musiciens et le contact avec le public. »

5- Quels sont les défis de lancer un album en pleine pandémie mondiale ? « Hahaha bonne question ! Rendue là, je t’avoue que je ne sais pas encore, car on vit cette situation sans précédent au jour le jour et on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Il y a des points positifs et négatifs. Je pourrai t’en dire plus dans 6 mois / 1 an, avec le recul probablement. Techniquement, je dirais que le plus gros challenge, c’est surtout pour la promotion, beaucoup de coupures dans les médias, staff réduit, pas beaucoup d’entrevues en personnes, mais en même temps beaucoup d’entrevues sur le web, ce qui permet de belles choses comme l’entrevue que j’ai fait à CTV News Calgary. Sinon, grâce à la pandémie, les artistes locaux sont mis d’avantage à l’avant, mais d’un autre côté puisqu’il y a peu ou à peu près pas de spectacles pour promouvoir l’album, c’est plus difficile de le faire connaître. Donc la morale de l’histoire : beaucoup d’inconnu, de risques, ça change rapidement, c’est différent et pour la suite, le futur pourra nous en dire d’avantage… »

6- Si tu devais nommer un ou une artiste dont la carrière t’inspire et te pousse à aller plus loin, ce serait qui ? « Lady Gaga. Elle se réinvente sans cesse, pousse les limites, provoque, mais tout en poussant à réfléchir, à faire bouger les choses, elle est impliquée, engagée, n’a pas froid aux yeux, c’est une battante, elle est artistique, elle est absolument incroyable sur scène (elle donne tout ce qu’elle a) et malgré tout ce parcours, elle sait rester vraie, groundée, avec de belles valeurs et réussi à trouver le moyen de se réaliser et repousser ses propres limites. Je trouve ça tout simplement magnifique et inspirant. Ce qui m’inspire n’est pas nécessairement ce qu’elle fait concrètement plus que comment elle le fait. »

7- Qu’est-ce qui s’en vient pour toi ? Projets ? « Un 2e album au printemps 2021 ! (La pandémie a été très créative!) Nous sommes en train également de monter mon premier spectacle original (ça s’annonce vraiment trippant comme concept) dans le but de prendre la route avec ces 2 albums-là et faire voyager mes chansons autour du Québec et commencer à explorer le reste du Canada, dès que la pandémie pourra nous le permettre. Une des raisons premières pourquoi je crée de la musique, c’est pour pouvoir la faire en spectacle. Je vis pour ça ! Donc, en ce moment, je ne chôme pas, au contraire, je me garde motivée en me préparant à revenir en force avec du nouveau matériel dès que nous pourrons repartir. On va être prêts à revenir en force sur un moyen temps ! »

Izabelle fera son lancement d’album Version 2.0 Deluxe, samedi le 7 novembre prochain, sur la plateforme Whitebox Play. De plus, lors de ce spectacle, vous aurez la chance d’entendre des pièces qui se retrouveront sur son deuxième album prévu pour le printemps 2021.

Pour vous procurez des billets, rendez-vous au whiteboxplay.com.

Vous pouvez également vous rendre sur toutes les plateformes numériques pour écouter Version 2.0 Deluxe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s