Musique

Fred Tremblay dans le cadre de la série Découvertes de la Place des Arts

crédit photos: Alexie Costa

C’est devant une foule enthousiaste et heureuse de l’accueillir, que l’auteur-compositeur-interprète Fred Tremblay s’est présenté à la sympathique Salle Claude-Léveillée de la Place des Arts le vendredi, 6 mars dernier. 

J’avais eu l’occasion de voir Fred cet automne, alors que celui-ci lançait le EP d’un duo qu’il forme avec José Dufour, Moé pis Moé pis Nous Deux. Tout de suite, j’avais pu remarquer qu’il était unique, doté d’un talent de guitariste incroyable, et possédant un don particulier pour nous amener dans son univers, qui soit dit en passant, est plutôt éclaté.

Interprétant les pièces qui figurent sur son EP notamment : L’amour est un art, Laisse-moi pas partir et Se mettre à nu pour ne nommer que celle-ci, il est évident que pour lui le mot tabou n’existe pas. Il sait aborder avec humour la sexualité, l’amour, l’itinérance et dans ses nouvelles compositions, il parle de l’orgueil de l’homme et aussi du suicide, un moment très touchant du spectacle. Je vais donc ici lui céder la parole.

« J’ai un oncle qui s’est suicidé, il y a quelques-années, j’ai un ami d’enfance qui a fait la même chose. J’y ai moi aussi pensé quand j’avais 15 ans, je savais où je voulais le faire, je savais comment le faire, mais je savais aussi que je ne voulais pas faire ça, je savais que la vie était belle. Je vous parle de ça parce que ce qui mène à cet acte-là, c’est le silence (…) quand on assume qu’on est effrayé par la vie, on a envie d’être courageux, c’est dans les plus grosses épreuves qu’on trouve le plus beau de nous-même. »

La soirée a filé à la vitesse de l’éclair et sincèrement, je n’avais pas envie de quitter l’univers de Fred Tremblay. Par les textes de ses chansons qui sont bien souvent loufoques, il y a un message, une leçon a en tirer. J’ai incontestablement passé une belle soirée ou le rire m’a accompagné la majorité du temps et se sera toujours un plaisir pour moi retourner voir ce jeune artiste à qui l’on aurait dit un jour qu’il finirait sa vie à vendre du gaz. C’est bien loin d’être le cas et je lui souhaite ardemment de continuer sur cette belle lancée. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s