Cinéma & TV, Nouvelles

Gala Artisans Québec Cinéma

C’est avec beaucoup de bonheur qu’on a appris par communiqué il y a deux jours que ce sera Karine Gonthier-Hyndman et Guillaume Lambert qui animeront le Gala Artistans Québec Cinéma cette année. Ça promet d’être une animation moderne, jeune, ancrée dans notre époque avec du divertissement comme on aime!
Il faut savoir que Québec Cinéma dédiera une journée complète pour célébrer notre cinéma d’ici. Le Gala Artisans et le Gala Québec Cinéma se tiendront tous les deux le dimanche 2 juin. Ça réunira ainsi l’ensemble des talents de chez nous et ce sera le moment de célébrer en grand nos artistes d’ici. Toutes ces belles festivités débuteront dès 16h avec le Gala Artisans que vous pourrez suivre en direct (sans pause publicitaire, ça c’est hot) sur ICI ARTV et sur Radio-Canada.ca/galaquebeccinema. Ça se poursuivra à 20h avec le Gala Québec Cinéma, animé par Guylaine Tremblay et Édith Cochrane, en direct sur ICI TÉLÉ et sur Radio-Canada.ca/galaquebeccinema

«Pour la troisième année de ce Gala Artisans, nous sommes enchantés de pouvoir offrir l’événement le même jour que le Gala Québec Cinéma. De plus, quelle joie de démarrer les festivités en compagnie de deux personnalités généreuses, appréciées du milieu et allant dans la belle continuité des deux précédents animateurs», mentionne Ségolène Roederer, directrice générale de Québec Cinéma et du Gala.

Ce sont 46 longs métrages de fiction, 35 longs métrages documentaires, 25 courts métrages d’animation et 25 courts métrages de fiction qui ont été évalués au cours des dernières semaines pour la nomination d’un total de 188 finalistes. Rappelons que, pour les Iris de la catégorie long métrage de fiction, plus de 1 200 membres votants issus de l’industrie cinématographique ont allié leur voix à celles du jury, lors d’un premier tour de vote pondéré à 50/50.

« L’année 2018 illustre encore une fois la grande diversité et le talent foisonnant de notre cinéma. Avec des œuvres matures et une relève forte, ce sont quatre générations de cinéastes et d’artisans en pleine possession de leurs moyens que nous célèbrerons tous ensemble, le 2 juin prochain. Le Québec peut être fier de son cinéma national et le Gala vient contribuer au rayonnement de nos talents et à ce que nos films soient toujours plus vus et appréciés des Québécois » remarque la directrice générale de Québec Cinéma, Ségolène Roederer. « Je suis également enchantée de la forte réponse des membres votants à notre nouveau système de votation pour le choix des finalistes. 1200 votes, c’est énorme et cela montre l’intérêt du milieu pour son Gala. »

LES FINALISTES

C’est le film 1991 de Ricardo Trogi qui mène le bal avec un total de 16 nominations, incluant notamment Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario et Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Jean-Carl Boucher). À tous ceux qui ne me lisent pas de Yan Giroux le suit de près avec 12 nominations dont Meilleur film, Meilleure réalisation et Meilleur scénario. La Bolduc de François Bouvier est pour sa part nommé 11 fois et se retrouve, entre autres, dans les catégories Meilleur film, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Debbie Lynch-White) et Meilleure direction de la photographie.

Répertoire des villes disparues de Denis Côté, est en lice pour dix Iris, incluant Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Josée Deschênes) et Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien (Larissa Corriveau). Une colonie de Geneviève Dulude-De Celles s’illustre quant à lui dans 9 catégories dont Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario et Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien (Robin Aubert). Mentionnons aussi qu’Émilie Bierre, Irlande Côté et Jacob Whiteduck-Lavoie se retrouvent tous les trois dans la course pour l’Iris de la Révélation de l’année.

La grande noirceur de Maxime Giroux fait bonne figure avec huit nominations incluant notamment Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleure direction artistique et Meilleure direction de la photographie. La disparition des lucioles de Sébastien Pilote est en lice pour six Iris dont Meilleure interprétation féminine dans un premier rôle (Karelle Tremblay), Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Pierre-Luc Brillant), Meilleur son et Meilleure musique originale.

Genèse de Philippe Lesage est pour sa part nommé dans cinq catégories incluant Meilleur film, Meilleure interprétation masculine dans un premier rôle (Théodore Pellerin) et Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien (Pier-Luc Funk). La Chute de l’empire américain de Denys Arcand se distingue dans les catégories Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien (Vincent Leclerc), Révélation de l’année (Maripier Morin) et Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec.

Dans cette course aux prix Iris 2019

La chute de Sparte de Tristan Dubois et Sashinka de Kristina Wagenbauer récoltent respectivement trois nominations. Les films Avant qu’on explose de Rémi St-Michel, La Course des tuques de Benoit Godbout et François Brisson, Dérive de David Uloth et Nous sommes Gold d’Éric Morin sont pour leur part nommés dans deux catégories. Allure de Carlos et Jason Sanchez, Dans la brume de Daniel Roby, Eye on Juliet de Kim Nguyen, Origami de Patrick Demers ainsi que Les salopes ou le sucre naturel de la peau obtiennent de leur côté une nomination chacun.

En tout, 20 longs métrages de fiction des 46 films éligibles s’illustrent dans au moins une catégorie pour un prix Iris. 

PRIX DU PUBLIC
Québec Cinéma invitera le public à voter pour son film favori parmi les cinq films ayant enregistré le plus d’entrées dans les salles du Québec durant la période d’éligibilité du Gala. Le film lauréat de l’Iris Prix du public sera dévoilé en direct lors du GALA QUÉBEC CINÉMA.

MEILLEUR PREMIER FILM
Rappelons qu’un tout nouveau prix sera remis dans le cadre du Gala Québec Cinéma : l’IRIS DU MEILLEUR PREMIER FILM. Cette récompense destinée à valoriser la relève sera remise à un(e) cinéaste pour la qualité de son premier long métrage de fiction. L’artiste récipiendaire sera déterminé par le jury du Gala sur les 18 œuvres éligibles cette année. Le ou la cinéaste lauréat(e) sera annoncé(e) en direct le 2 juin prochain.

LE DOCUMENTAIRE
Dans la section documentaire, le film Cielo d’Alison McAlpine arrive en tête avec quatre nominations : Meilleur film documentaire, Meilleure direction de la photographie, Meilleur son et Film s’étant le plus illustré à l’extérieur du Québec; catégorie qui s’ouvre aux longs métrages documentaires cette année. Anote’s Ark de Matthieu Rytz, L’autre Rio d’Émilie Beaulieu-Guérette et Pauline Julien, intime et politique sont pour leur part respectivement nommés dans trois catégories. A Sister’s Song de Danae Elon est dans la course pour l’Iris de la Meilleure direction de la photographie et du Meilleur montage. Les lettres de ma mère de Serge Giguère se retrouve lui aussi dans deux catégories, Meilleur montage et Meilleur son. Finalement, les films Ceux qui viendront, l’entendront de Simon Plouffe, Des histoires inventées de Jean-Marc E.Roy, Innu Nikamu : Chanter la résistance de Kevin Bacon Hervieux et New Memories, de la regrettée Michka Saäl, obtiennent quant à eux une nomination.

NOTRE CINÉMA SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE
Le cinéma québécois a beaucoup voyagé et s’est démarqué partout à travers le monde cette année. Grâce à un système de pondération qui tient notamment compte des territoires hors Québec où le film a été distribué, du nombre de sélections dans les festivals internationaux et des prix remportés depuis la sortie du film jusqu’au 31 mars 2019, cinq longs métrages sont considérés pour l’IRIS DU FILM S’ÉTANT LE PLUS ILLUSTRÉ À L’EXTÉRIEUR DU QUÉBEC : La Chute de l’empire américain de Denys Arcand, Cielo d’Alison McAlpine, La Course des tuques de Benoit Godbout et François Brisson, La disparition des lucioles de Sébastien Pilote et Eye on Juliet de Kim Nguyen.

LES COURTS MÉTRAGES
Dans la catégorie MEILLEUR COURT MÉTRAGE DE FICTION, nous retrouvons les films Brotherhood de Meryam Joobeur, Fauve de Jérémy Comte, Lunar-Orbit Rendez-vous de Mélanie Charbonneau, Milk de Santiago Menghini et Mon Boy de Sarah Pellerin. Du côté de L’IRIS DU MEILLEUR COURT MÉTRAGE D’ANIMATION, les finalistes sont Bone Mother de Dale Hayward et Sylvie Trouvé, La chambre des filles de Claire Brognez, Mais un oiseau ne chantait pas de Pierre Hébert, Not Your Panda de Tigris Alt Sakda et Le sujet de Patrick Bouchard.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s